1. La méthode

a) L’autoévaluation des apprenants doit-elle être valorisée dans la note finale d’une évaluation ?

L’autoévaluation n’est pas une tâche facile. Quand il s’agit d’être objectif sur son propre travail, on a souvent tendance à le surestimer ou le sous-estimer.

Pour autant l’autoévaluation pourrait être un critère pris en compte dans la note finale de l’élève. Elle est après tout, la représentation du degré de compréhension du sujet.

Un apprentissage surévalué ou sous-évalué par l’apprenant est le reflet d’un manque de compréhension de l’étendu du sujet qui lui a été demandé de traiter. Au contraire une autoévaluation correcte est le reflet d’une certaine compréhension du sujet, peu importe la note obtenue.

 

b) S’autoévaluer, un outil pédagogique efficace ? 

Juger son niveau de connaissance sur un sujet permet de prendre du recul sur son propre apprentissage, et active la curiosité sur le sujet en question. Si l’évaluation est le contrôle des connaissances à un moment précis, l’objectif de la pédagogie est de préparer les apprenants à l’insertion dans le monde du travail. Dans ce sens, l’apprentissage ne devrait pas se figer après le passage d’une épreuve. Au contraire sa poursuite après l'examen devrait être encouragée.

S’améliorer est humain et donc constater son niveau de connaissance par soi-même ne peut qu’encourager la curiosité de l’évalué sur le sujet. Cette méthode permet aussi aux étudiants ayants bien compris le sujet d’augmenter l’autosatisfaction et la confiance en soi pour les prochaines épreuves. Elle permet aussi de responsabiliser l’étudiant, et de lui faire prendre conscience de ses forces et faiblesses.

L’autoévaluation n’est pas une méthode nouvelle, mais largement sous-estimée, la preuve en est que lors des examens officiels la partie autoévaluation est inexistante.

 

2. Comment faire une autoévaluation ?

a) Le moment de l'autoévaluation : le choix laissé à l'évaluateur

Vous pouvez gérer l’évaluation en un temps ou en deux temps, tout dépend de vos préférences.

L’évaluation en deux temps est composée de deux parties : en premier temps l’évaluation, en deuxième temps l’autoévaluation lors de la correction. Il faut veiller à ce que l’étudiant ne connaisse pas sa note en avance pour ne pas l’influencer.

Pour une évaluation en un temps, prévoyez du temps au sein de l’épreuve consacré à l’autoévaluation. Et mettez en place un système qui vous permet de ne pas voir la note que s’est attribué l’élève pour ne pas influencer votre évaluation.

 

b) Les caractéristiques de l'autoévaluation

L'autoévaluation quantitative permet d’apprécier un résultat et de voir si la note d’autoévaluation est en phase avec la note que vous avez attribuée. Mais seule, elle ne permet pas de profiter des bienfaits du processus métacognitif. 

Il est donc judicieux de demander une autoévaluation commentée de l’étudiant. Il s'agira alors d'une autoévaluation plus qualitative, beaucoup plus engageante pour l’étudiant qui vous permettrait au passage de réduire le biais dû à la différence de critère de notation.

Si pour une même copie, deux professeurs peuvent mettre des notes différentes, ce principe vaut également pour l’élève dans le cadre d'une autoévaluation. Cependant vous devrez prendre le temps avec vos étudiants de leur expliquer comment s’autoévaluer.

 

c) Un esprit positif

L’autoévaluation ne doit pas être perçue négativement par le candidat. Au contraire, il doit être encouragé à le faire de manière objective pour améliorer sa note.

Il est donc essentiel de :

  • Veiller à ce que les règles soient bien comprises par tous les candidats ;
  • Encourager les bonus pour une autoévaluation correcte plutôt que les malus pour une mauvaise autoévaluation.

 

3. Les outils pour bien s’autoévaluer 

Libre à vous de décider des outils qui serviront à l’autoévaluation. Vous pouvez laisser la liberté aux élèves de s’autoévaluer à partir d’une « feuille blanche ». Ou les aiguiller en leur fournissant une grille spécifique qui leur servira à s’autoévaluer :

 

a) Autoévaluation libre

L’élève s’autoévalue en corrigeant ses propres réponses. Il peut supprimer, modifier, ajouter du contenu. Il est aussi invité à expliquer ses erreurs et à s’attribuer une note en conséquence.

 

b) Grille d’autoévaluation

L’élève suit une grille d’autoévaluation spécifique que vous avez préparé et répond à des questions dans le but de l’amener à réfléchir sur son propre travail.

Vous pouvez ainsi l’interroger sur les facilités et les difficultés qu’il a rencontré lors de son épreuve, sur les connaissances / compétences qui lui ont le plus servis pour répondre à l’examen, sur les outils et techniques qu’il aurait pût utiliser, ou encore, ce qu’il devra changer dans sa méthode pour la fois prochaine.

 

4. Les plus et les moins 

+ Valorise et engage l’étudiant

+ Encourage la curiosité

+ Permet à l’élève de prendre conscience de ses forces et faiblesses

+ Vous permet de mieux connaître vos étudiants pour mieux les accompagner à l’avenir

- Demande plus de préparation et de suivis pédagogique

- Demande de former les étudiants à s’autoévaluer

 

Vous avez envie de nous faire remonter vos conseils et impressions pour améliorer cette étude ? Votre feedback est important ! N'hésitez pas à nous contacter à contact@evaluo.eu.

 

Pour être sûr de ne rien manquer de nos articles, inscrivez-vous en bas de page à notre newsletter.

  

À très bientôt,

Publication originale le 23 juillet 2020 , mise à jour le 28 mai 2022

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos collègues ou amis :